"Nous devons mieux expliquer l'Europe!"

Les critiques de l'UE ne peuvent que sourire à propos de cette déclaration. Parce qu'une éducation honnête pourrait difficilement survivre à l'UE.

Le lobby de l'UE est-il sérieux ou est-ce encore une mauvaise blague? Vous ne pouvez pas vraiment croire qu'un bon travail d'éducation servirait l'image de l'UE!

Une éducation honnête serait exactement la mauvaise façon!
Je suis convaincu que plus le citoyen traite des effets de l'Union européenne, plus il se démarque de cette idée folle.
Afin de détourner l'attention des conséquences fatales de l'UE, il n'y a pas besoin d'éclaircissement, mais d'une propagande massive ou d'une irrigation médiale persistante, semblable au lavage de cerveau. Mais avec ce genre d'abrutissement national, le lobby de l'UE sait comment s'y prendre pour pouvoir revenir sur 50 ans d'expérience pratique.

Choisissons six caractéristiques clés pour montrer qu'un débat ouvert sur l'UE ne peut que nuire.

 

1. L'expérience de l'euro a échoué fondamentalement!
Les experts neutres ont mis en garde à haute voix avant l'introduction de l'euro - et ont rejeté les gouvernements sages dès le départ avec reconnaissance.
Logiquement, une monnaie unique ne peut pas fonctionner dans une zone économique complètement inhomogène avec des salaires, taxes, langues, cultures, niveaux de vie, etc. très différents!

Le résultat de l'euro, contre lequel une meilleure connaissance est encore convulsivement maintenue:
1. Les États doivent être sauvés avec un allégement de la dette gigantesque.
2. Avec une surabondance d'argent bon marché sans précédent, le temps doit être acheté pour retarder encore et encore l'effondrement économique imminent.
3. L'argent fraîchement généré par la BCE est nécessaire pour acheter les obligations souveraines des pays de la zone euro surendettés.
4. Une politique de taux d'intérêt zéro forcé exproprie secrètement les épargnants, pervertit l'économie de marché et se moque du système de retraite privée.

En attendant, le gouvernement italien envisage sérieusement de verser à ses banques 360 milliards d'euros de créances douteuses.
Cela a donné lieu à un grand cycle pourrait se traduire par: Les banques privées sont imprudemment des prêts à haut risque à faible taux d'intérêt (le coup de pouce économique), junk bonds branlants sont ensuite prises en charge par l'Etat fonds spécial - et les obligations incertaines du gouvernement à nouveau être achetés par la BCE. Quelle idée brillante ...

 

2. L'accord de Schengen a échoué!
Des politiciens sans préjugés attisent des craintes infondées à propos de l'échec de l'accord de Schengen (abolition des frontières intérieures de l'UE). Et aussi de l'économie est mise en garde avec des scénarios d'horreur devant une supposée avalanche de catastrophe et de coût.

Cependant, lorsque l'accord de Schengen n'existait pas (avant 1985), la plupart des États Schengen étaient bien mieux lotis qu'ils ne le sont aujourd'hui - même les salaires réels et les pensions étaient plus élevés.
L'accord de Schengen s'avère être un système de dumping salarial très efficace dans la pratique. La concurrence avec les pays à bas salaires en Europe de l'Est s'intensifie lorsque les contrôles aux frontières et les droits de douane sont éliminés.

Pendant ce temps, même les sociétés d'expédition établies de longue date souffrent (malgré la multiplication des volumes de transport) sous le boom artificiel. Ils doivent souvent tromper pour survivre (par exemple, embaucher des chauffeurs bon marché d'Europe de l'Est).

Les bénéficiaires de l'accord de Schengen sont principalement les entreprises peuvent externaliser les étapes de production, spéculateurs favorables qui ont besoin de la « liberté » sans limites pour leurs entreprises, les fraudeurs fiscaux qui utilisent les paradis fiscaux ou de droits ou taxes sur la valeur ajoutée, les réfugiés, les non contrôlés (parfois plusieurs fois) dans les pays de leur choix Demander l'asile, des criminels (commissaires aux comptes, cambrioleurs et voleurs, trafiquants), etc.

D'un autre côté, le soulagement ridicule du citoyen moyen (vacancier ou banlieusard), qui n'a plus besoin de s'identifier à la frontière, importe peu.

 

Le nombre de critiques de l'UE ne cesse de croître.
Parce que la propagande schönfärberische Dauerberieselungs ne tire pas!
Parce que les gens ressentent le déclin de plusieurs décennies en Europe de l'Ouest.
Parce qu'ils ne peuvent pas entendre les divagations stupides d'une superpuissance prospère, pacifique, dénationalisée.

 

3. Même les guérisons de la paix se révèlent être une farce!
En solidarité avec l'UE, l'Allemagne doit désormais envoyer des milliers de soldats dans les régions en crise du monde.

L'UE n'a pas rendu la paix dans l'UE plus sûre!
Même le conflit actuel en Ukraine ne se serait probablement pas passé sans l'UE (parce qu'il n'y aurait pas eu de division dans la société ukrainienne et pas d'aspiration à l'adhésion à l'UE).
La prédominance des marchés mondiaux, des zones de libre-échange, de l'UE et de l'omnipotence des entreprises et des jongleurs financiers n'a certainement pas d'effet pacificateur. Il transforme le monde en un baril de poudre chaotique et incontrôlable.

 

4. L'escalade de la bureaucratie de l'UE coûte d'énormes sommes d'argent!
Il semble bientôt que l'UE n'ait été fondée que pour introduire des réglementations dans l'économie. Il est impossible d'imaginer ce que ce flot de lois (plus de 80 000 pages) fera à n'importe quoi ou causer des coûts.

Les gouvernements nationaux sont autorisés à payer pour les dictats de Bruxelles et sont souvent surchargés de leur mise en œuvre. Encore et encore, les lois nationales doivent être révisées ou ajustées plus tard.

L'état constitutionnel dégénère en état d'appel.
Quiconque a de l'argent ou un puissant lobby peut tout d'abord utiliser les pouvoirs des autorités nationales, voire intervenir, le cas échéant, auprès de la Cour constitutionnelle fédérale et même appeler la Cour européenne de justice en cas d'urgence.
Par exemple, des lois claires à maintes reprises peuvent être sapées pendant des années de procédures, et notre constitution devient un jouet pour les intérêts des partis et des groupes de pression - la moralité et le bon sens tombent souvent à l'eau.

 

5. Politique de subventionnement par rapport à l'économie de marché
Une politique de subvention est similaire à l'économie planifiée! Ce n'est plus le marché qui décide, mais le politicien ou le bureaucrate.
Dans l'agriculture de l'UE, cette absurdité est particulièrement claire. La plupart des agriculteurs allemands ont déjà dû abandonner leurs fermes appartenant à la famille depuis des générations en raison de la politique de subvention de l'UE.

Il serait si facile de contrer les Höfesterben et l'élevage de masse!
Avec des droits d'importation élevés et des prix garantis pour les produits agricoles (et une simple réglementation des prix des quotas), les agriculteurs allemands pourraient avoir une vie décente.
Mais alors que les bénéficiaires de Hartz IV en Allemagne ont un fort lobby, un «niveau de subsistance» luxuriant est garanti, nos agriculteurs peuvent voir comment ils font face aux prix ruineux du lait, de la viande et des céréales.

Sans l'UE, il irait aux agriculteurs allemands décidément mieux, notre pays pourrait sauver des dizaines de milliards d'euros en subventions et manquent de diriger l'alimentation à nouveau en grande partie indépendante (serait en cas de catastrophe et de mauvaises récoltes mondiales pas à la merci d'autres pays dépendants).

 

6. L'UE hors taxes ne peut pas protéger les économies nationales!
Sans barrières douanières, les producteurs (à l'exception des acteurs mondiaux) sont vulnérables à la concurrence étrangère.
Par exemple, comment une industrie textile devrait-elle survivre lorsque les fabricants ont la possibilité de confectionner leurs vêtements chers à bas prix dans des pays à bas salaires (sans craindre les droits d'importation)? Les Allemands, les Grecs, les Français, les Italiens, etc., devraient-ils aussi travailler pour un salaire horaire de 30 centimes, tout comme les exploités au Bangladesh ou au Vietnam?

L'industrie allemande s'est réduite au cours de la libéralisation tarifaire à quelques branches exemplaires (automobile, mécanique, chimie, pharmacie). Mais là aussi, les choses s'effondrent, les pièces de production sont de plus en plus sous-traitées et l'intégration verticale est en déclin.
Beaucoup d'industries ayant une réputation mondiale n'existent pratiquement plus ou seulement dans des créneaux et des cas exceptionnels. Qu'il s'agisse de téléphones mobiles, d'ordinateurs, de téléviseurs, de machines de bureau, de vêtements, de chaussures, de meubles, de systèmes solaires, d'articles ménagers ou autres, la plupart des biens de consommation sont entretemps fabriqués à l'étranger.

 

L'Union Nagativliste pourrait continuer pendant des heures!
Mais les six exemples énumérés fournissent déjà un aperçu suffisant. Si quelqu'un dit "nous devons mieux expliquer l'Europe pour augmenter l'acceptation", alors il ne peut que vouloir dire le contraire.

Pour l'UE est à mon avis seulement pour garder sur la propagande rusée, les machinations antidémocratiques et la stupidité nationale cohérente.

 

Pourquoi y a-t-il un lobby européen aussi fort?
Avec les rapports amicaux dans les médias, vous ne devez pas confondre qui ou quoi est derrière tout cela.
Des milliers de personnes travaillent directement pour l'UE - au siège européen ou dans les parlements nationaux. Ils reçoivent généralement un salaire fabuleusement bon (au détriment du grand public). Logique que ces personnes ne veulent pas ébranler le statut de l'UE.

Il y a aussi des dizaines de milliers de lobbyistes (15 000 à Bruxelles seulement) qui se portent bien pour leur association, leur industrie ou leur commerce. Ces personnes, aussi, deviennent généralement trapu.

Ensuite, il y a beaucoup d'autres bénéficiaires indirects. Si pour convaincre leurs employés et le public en permanence, le succès des ventes de l'UE et le commerce en franchise de droits est dû le directeur de la compagnie du joueur mondial victorieux (qui ont largement aplati leurs concurrents au fil du temps), on pense naturellement.

Ces entreprises (ingénierie automobile et mécanique, chimie, pharmacie) sont conscientes qu'elles doivent à l'UE des revenus plus élevés et de lourdes primes.
Il n'est donc pas étonnant que cette armée privilégiée de millions de personnes défende avec véhémence ses privilèges et prétende que le grand public profite de l'UE (ce qui est loin d'être le cas).

Ergo: Une minorité forte et privilégiée domine le débat public.
Cependant, la grande majorité, les perdants du dumping tarifaire européen et mondial (les entreprises de taille moyenne qui luttent pour leur existence, ainsi que des milliards de chômeurs et de travailleurs à bas salaire dans le monde), sont à peine remarqués.

 

"Il n'y a pas de problème que l'Allemagne seule peut résoudre!"
Quand j'ai entendu cette phrase pour la dernière fois dans un talk-show (je pense que c'était avec Maischberger), j'ai failli tomber de rire avec ma chaise. Avec quelle mine innocente les politiciens chevronnés ne peuvent-ils répandre que des thèses aussi stupides?

Un Etat souverain tel que l'Allemagne (mais surtout la Grèce, l'Italie, l'Espagne, etc.) peut réagir beaucoup mieux et plus rapidement aux problèmes majeurs mentionnés (chômage, protection de l'environnement, migration).

Le chômage de grande masse aventureux dans l'UE résulte essentiellement du commerce hors taxe (que j'ai expliqué plus en détail ci-dessus) et de l'échec de la politique de l'euro.
La protection durable de l'environnement a échoué pendant des décennies en raison de la désunion des 28 États membres et de la situation concurrentielle meurtrière (si les économies nationales étaient protégées par des droits de douane, la plupart des États pourraient mieux protéger l'environnement).
Et en ce qui concerne la migration des migrants, si l'Europe avait des frontières nationales fonctionnelles au lieu de l'accord irrationnel de Schengen (comme c'est le cas partout dans le monde), ces problèmes ne se seraient pas posés.

 

La superstition des avantages de la dépendance à l'exportation
Surtout en Allemagne, les gens essaient toujours de persuader la population que notre richesse est basée sur le succès des exportations. Cette vieille croyance erronée dogmatise la pensée politique et conduit à des décisions erronées sérieuses (explique le déclin persistant des salaires depuis 1980).

Ce qui est rarement pris en compte: une exportation élevée nécessite également un quota d'importation élevé. Cependant, un échange international de biens superflus ne crée pas d'emplois supplémentaires et est fondamentalement contre-productif et nuisible à l'environnement.

Des désavantages résultent également de la concurrence mondiale en matière de salaires et de taxes. Et: Une forte dépendance vis-à-vis des exportations rend un état noirmissible, le jouet de l'économie mondiale et le système financier mondial.

Celui qui prétend que sans quota d'exportation élevé, il ne peut y avoir aucune richesse, ne sait pas ce qu'il dit. Même de la logique d'une telle théorie de la richesse est stupide.
En supposant qu'il n'y avait qu'une seule terre habitable (par exemple l'Allemagne, la France, les Etats-Unis ou la Chine) et qu'il n'y avait que des déserts et des océans, la richesse serait-elle impossible en l'absence du commerce mondial? À peine!

 

"Nous devons mieux expliquer l'Europe!"
La loi capitaliste Powers
Mondialisation: l'ignorance des faits
En Allemagne, les salaires ont baissé depuis 1980. Pourquoi?

 

Home (Eingangsseite www.pressedikatatur.de)
Impressum
© Manfred J. Müller, Flensburg, April 2016


Ab sofort im in- und ausländischen Buchhandel lieferbar:

Schon vor über 20 Jahren warnte die damals mächtigste Frau der Welt, die englische Premierministerin Thatcher:
"Die EU wird als größte Torheit des Jahrhunderts in die Geschichte eingehen!".

 Verzocken unsere Politiker in ihrem unerschütterlichen Glauben an die EU und den Euro die Zukunft Deutschlands und Europas?

Manfred Julius Müller:
Raus aus der EU
oder durchhalten bis zum Untergang?

Akutalisierte Neuauflage Februar 2017

Trotz aller Hiobsbotschaften wird noch immer versucht, die Bevölkerung zu verdummen! Unbeirrt aller Rettungsschirme und drohender Staatspleiten heißt es: „Wir profitieren ganz besonders von der EU und dem Euro!". Verschwiegen wird, dass seit 30 Jahren auch in Deutschland die inflationsbereinigten Reallöhne und Renten sinken, obwohl sich die Produktivität fast verdoppelt hat.

Wie kann Europa vorm Untergang bewahrt werden?
Sicher nicht mit den Propagandasprüchen von gestern! Es geht nicht an, dass die politische Elite starrsinnig am Endsieg der europäischen Wahnidee festhält, ohne ernsthaft Lehren aus der Vergangenheit zu ziehen. Eine vorurteilsfreie Diskussion muss an die Stelle plumper Durchhalteparolen treten.

Raus aus der EU
oder durchhalten bis zum Untergang?
Taschenbuch von Manfred Julius Müller, 72 Seiten,
Februar 2017, ISBN 9783743178427 (3. aktualisierte Auflage), nur 5,90 Euro

Portofreie Lieferung u.a. über diese Versandbuchhändler: ebook.de, buch24.de, buecher.de, hugendubel.de, thalia.de, bod.de, buch.de, online-buchhandel.de, buch7.de. Die meisten der 1000 Internet-Anbieter liefern das Buch portofrei.
Das Buch ist natürlich auch im stationären Buchhandel erhältlich (muss dort aber oft erst bestellt werden).
Achtung: Bei Amazon ist das Buch derzeit nicht direkt bestellbar (nur über fremde Anbieter, die Versandkosten berechnen).

Was macht es für einen Sinn, den wirklich relevanten Fragen immer wieder auszuweichen.

Manfred Julius Müller analysiert seit über 30 Jahren weltwirtschaftliche Abläufe. Er ist Autor verschiedener Bücher zu den Themenkomplexen Globalisierung, Kapitalismus und Politik. Manche Texte von M. J. Müller fanden auch Einzug in Schulbücher oder werden zur Lehrerausbildung herangezogen.

Die Analysen & Texte von Manfred Julius Müller sind überparteilich und unabhängig! Sie werden nicht, wie so oft üblich, von staatlichen Institutionen, Global Playern, Konzernen, Verbänden, Parteien, Gewerkschaften, der EU- oder der Kapitallobby gesponsert!

Désolé!
La traduction du texte allemand original en français a été faite par un programme de langue (parce que je ne peux pas me permettre un professionnel). J'espère que le texte reste raisonnablement compréhensible et qu'aucune erreur ne s'est produite. Merci pour votre compréhension.