Quand le Dexit arrive?
(Le retrait de l'Allemagne de l'UE)

Le Dexit est-il encore à prévenir? Combien de temps entend-on s'en tenir à la thèse d'une UE prospère?

 

L'UE ne peut pas être sauvée ou réformée!
Et c'est exactement ce que j'ai exprimé sans équivoque dans une interview télévisée pour l'ARD. Bien sûr, j'ai aussi expliqué pourquoi. Fondamentalement, chaque État (tant qu'il n'y a pas d'égalité salariale et fiscale globale) dépend des tarifs pour protéger son économie. Même la Grèce pourrait être en bonne santé, elle atténuerait la pression des importations par le biais des tarifs et permettrait ainsi la construction d'une base industrielle! Un État qui est à la merci de la concurrence déloyale de dumping mondial ne peut pas survivre à long terme. Quiconque prétend le contraire se trompe.
Les autres lacunes insolubles de l'UE ont également été mentionnées dans l'interview, et j'ai fait référence à la structure antidémocratique et à la bureaucratie absurde. Il n'est vraiment plus possible de parler gentiment de tout ça. Il est impossible de concilier les intérêts nationaux. Qui d'autre veut le nier?

Tout cela, et bien d'autres choses encore, ont été abordées de manière convaincante dans l'interview. L'équipe de télévision, qui avait voyagé de loin, était enthousiaste. Les craintes que les supérieurs hiérarchiques de la télévision n'autorisent pas une déclaration aussi ouverte contre l'UE ne semblent pas fondées. Après tout, la recherche critique de l'UE a été annoncée dans les avant-premières officielles du programme avec mon interview. Mais à quelques jours seulement de l'émission, un puissant chef indien (de la politique ou de l'ARD) a dû tirer la corde raide. Tous mes passages ont été coupés du film et remplacés par une propagande inoffensive (amicale pour l'UE).

 

L'enlèvement aveugle......
Le manque d'honnêteté et d'ouverture des médias décourage la grande majorité de la population de réfléchir plus profondément à l'UE. Grâce à son lavage de cerveau infatigable, elle a naturellement internalisé l'UE. La question de l'utilité ou de la raison d'être de l'Union européenne ne se pose même pas pour la plupart des citoyens. Ils ne peuvent tout simplement pas imaginer une résignation (un Dexit) (parce que la propagande médiatique omniprésente ne permet pas du tout une telle pensée).
Le débat sur l'UE doit toujours porter sur les réformes. Après un demi-siècle d'efforts désespérés, il devrait progressivement devenir clair que l'UE n'est pas réformable. Leur principe de base est contradictoire, non mondial et illogique (c'est la raison pour laquelle les accords et les lois existants des États membres et de la BCE sont souvent ignorés).

 

Les partisans d'une Europe forte ne peuvent approuver l'UE!
Avez-vous déjà remarqué la tromperie et l'insolence avec lesquelles l'UE est constamment assimilée à l'Europe? Comme s'il n' y avait pas de différence entre les deux termes. La Suisse, la Norvège et bientôt l'Angleterre ne comptent-elles pas parmi les pays européens?
Quand on répète sans cesse que "l'Europe doit être sauvée", de nombreux profiteurs ne se préoccupent en réalité que de l'UE, ou plus précisément de la préservation de leurs propres bienfaiteurs (il y a des dizaines de milliers de fonctionnaires européens très bien payés, de lobbyistes européens, etc. rien qu' à Bruxelles).

Beaucoup de gens aiment tellement leur superstition dans l'Union européenne qu'ils ne réalisent plus à quel point ils cachent les réalités. Comment pouvons-nous imaginer qu'une suprématie bruxelloise avec sa frénésie réglementaire insatiable puisse bénéficier à l'économie des 28 États membres de l'UE? Comment pouvons-nous supposer qu'un appareil législatif plus démocratique, presque obscur, est utile dans la compétition mondiale des nations?

 

Le chômage de masse et la baisse des salaires!
Même dans le pays modèle allemand, les salaires nets réels et les pensions ont diminué depuis 1980, bien que la productivité ait doublé au cours de la même période. Et le nombre de chômeurs a triplé depuis 1980, malgré la dissimulation de tous les cosmétiques du bilan! Ces tristes tendances sont-elles perçues par la majorité de la population? Les messages incessants de réjouissance ("L'Allemagne profite particulièrement de l'UE et de l'euro" ou "Nous n'avons jamais été mieux lotis qu'aujourd'hui") sont à la base d'une rhétorique répressive sans précédent. Les arguments objectifs sont étouffés dans l'œuf et ne pénètrent même plus la conscience des citoyens riches et autoritaires. Les détracteurs de l'UE sont dénigrés en tant que démocrates, racistes ou imbéciles ou sont perçus comme des saboteurs fâchés.

 

Seule la surabondance d'argent bon marché empêche l'effondrement en ce moment!
Ne te fais pas d'illusions: Seule l'inondation d'argent à haut risque et à faible coût (que je ne suis pas le seul à penser irresponsable) cache l'ampleur réelle de la catastrophe qui s'annonce. Ce n'est que grâce à la surabondance d'argent bon marché que de nombreux États membres de l'euro peuvent encore maîtriser leurs énormes dettes nationales. Ce n'est que grâce à la surabondance de l'argent à faible coût qu'une économie artificielle a pu être créée et dissimuler la véritable ampleur de la misère d'une manière improvisée.
Cependant, le dernier atout est venu avec une surabondance d'argent bon marché, et la main était complètement épuisée. Si une bulle de spéculation, chauffée par la surabondance d'argent bon marché, éclate, elle devient vraiment sombre.Mais de toute façon, à long terme, une surabondance d'argent bon marché qui manque de sérieux et de moralité en termes de politique monétaire ne peut survivre. Cela est également dû au fait qu'elle va à l'encontre de tous les principes d'une économie de marché efficace.

 

Égoïsme aveugle....
La superstition quant à la nécessité d'une UE est également entretenue par des entrepreneurs à la recherche de travailleurs qualifiés dans le pays à bas salaires de l'UE. Parce qu'ils ne semblent plus en trouver en Allemagne.
Il est à noter qu'il n' y a pénurie de travailleurs qualifiés que si les salaires sont trop bas. En raison de la faiblesse des salaires, certaines professions ne sont pas attrayantes. Pourquoi devenir chauffeur de camion, infirmier (ère) en gériatrie, commerçant, médecin ou autre si le paiement ne répond pas aux exigences élevées de performance. Il est préférable de choisir une profession plus confortable ou socialement respectée.

Les immigrés originaires de pays de l'UE à bas salaires (liberté d'établissement) ne sont donc nécessaires que pour maintenir les niveaux de salaire dans les professions sous-employées à un bas niveau.
Les entrepreneurs se plaignent que des salaires plus élevés ne sont tout simplement pas possibles, le marché n'en donne même pas. C'est des conneries, bien sûr. Après tout, la concurrence est également soumise aux lois du marché. Ainsi, si les chauffeurs de camions gagnent plus d'argent, le transport deviendrait généralement plus cher.
Ceci modifie légèrement la base de calcul du coût de revient. Le fanatisme général de la centralisation serait quelque peu affaibli, et une certaine délocalisation de la production à l'étranger ne serait plus rentable, et les frais d'expédition forfaitaires pour les commandes par Internet seraient augmentés.
Dans le même temps, cependant, les coûts sociaux seraient également économisés (probablement dans une bien plus grande mesure) parce que de nombreuses familles nombreuses et nombreuses issues des pays à bas salaires de l'UE (qui vivent souvent entièrement ou partiellement sur Hartz IV) n'immigreraient même pas en Allemagne.Les médias dissimulent ces liens. Des milliers de fois les plaintes des entrepreneurs pauvres sont mises en scène, qui ne peuvent pas trouver des gens. Il ne s'agit évidemment que de soutenir la prétendue nécessité de l'UE.

 

L'Allemagne vit-elle des exportations de l'UE?
Au moins mille fois par an, les médias affirment que l'Allemagne, en tant que pays exportateur, dépend de l'UE. C'est pourquoi le préjugé selon lequel nous sommes les grands bénéficiaires de l'UE (parasites) persiste également dans les pays voisins. Cela suscite à son tour l'envie et le ressentiment et, bien sûr, l'attitude envers nous. Mais c'est vrai:
1. aucune UE n'est nécessaire pour commercer. Après tout, l'Allemagne livre ses marchandises partout, même en Chine ou aux Etats-Unis.
2. Le commerce en Europe n' a pas été inventé avec l'UE, il existait déjà auparavant.
3. s'il y a une dépendance à l'exportation, ce serait fructueux. Les crises étrangères auraient alors un impact immédiat sur notre économie. Nous devrions vivre dans la peur constante, être entraînés dans le chaos.
4. Un gouvernement fédéral responsable devrait donc toujours s'efforcer de maintenir son autonomie économique autant que possible. Cela garantit la stabilité et la sécurité.

 

Soit le Dexit arrive, soit l'UE s'effondre?
Vous connaissez probablement l'expression "L'UE ne fonctionne pas - c'est eux, l'Allemagne paie!". La chose stupide est: les ressources de l'Allemagne sont limitées. Et vous ne serez pas en mesure de garder pour toujours notre population majoritaire avec des histoires de réussite douteuses en échec. La résistance en Allemagne contre l'UE ne cessera de croître. Cela ne sert à rien de se moquer d'Internet comme une fausse nouvelle en général. En fin de compte, le citoyen critique sait si les arguments sont solides ou non.
Afin de ne pas laisser le champ à l'AfD, les parties établies céderont au fil du temps, devenant ainsi plus réalistes (critiques pour l'UE). Il sera similaire à l'immigration de masse en 2015/2016: le premier s'est enivré de la culture d'accueil puis a suivi la désillusion (forclusion). Parce que les partis établis ont été pris dans la réalité.

 

Le président Macron parle de lancer une nouvelle entreprise!
Vous avez sûrement déjà remarqué à quel point le président français de l'UE plaide en faveur d'une nouvelle fondation de l'Union européenne. Mais que signifie cette start-up? N'est-ce pas un aveu d'échec? Espérez-vous faire tout mieux la prochaine fois?
Mais je ne pense pas qu'il puisse y avoir une UE qui fonctionne à long terme. Les contradictions sont tout simplement trop grandes et les intérêts des États membres de l'UE sont trop différents. Dans quelques décennies, nous devrons admettre un nouvel échec. Y aura-t-il une autre expérience? Combien de fois et pour combien de temps les citoyens européens seront-ils retardés et retardés?
Sera-t-il jamais admis que l'UE est un monstre contre-productif qui ne sert que les grands acteurs mondiaux et qui soutient leur désir d'expansion et de monopolisation?

 

Dexit ou dissolution de l'UE?
La façon la plus simple serait certainement le Dexit. Après tout, l'Allemagne peut décider elle-même de démissionner. Il est préférable d'attendre de voir comment fonctionne la brexite. Si, dans quelques années, les Britanniques sont mieux lotis qu'auparavant (ce qui est prévisible), le retrait de l'UE perd son horreur et la stupide propagande ininterrompue du lobby de l'UE perd sa crédibilité.
Une dissolution ordonnée de l'UE dans son ensemble ne serait pas mauvaise non plus, mais il me semble qu'elle est beaucoup moins probable (parce que certains États espèrent encore bénéficier de la politique de subvention de l'UE et de l'union de transfert).
Il y a bien sûr une troisième option, à savoir le risque d'effondrement de l'UE. Cela pourrait être déclenché par une crise économique mondiale ou par la politique audacieuse de la BCE, dont la masse monétaire est abondante et bon marché.

 

 

Que nous apporte réellement l'UE?
Quelles sont les principales caractéristiques de l'UE? Qu'est-ce qui distingue la communauté internationale des États conventionnels et souverains?

création du marché intérieur, suppression des droits de douane
Le cœur de l'UE est la suppression des frontières douanières. Mais que fait ce changement?
1. Premièrement, elle augmente le dumping salarial et fiscal. La concurrence européenne devient de plus en plus déloyale. Comment une PME allemande peut-elle survivre à long terme si son concurrent à l'étranger n' a qu'une fraction des coûts salariaux?
2. Les bénéficiaires sont les principaux acteurs mondiaux, qui peuvent désormais simplement externaliser une grande partie de leur production vers le pays à bas salaires de l'UE.
3. Le marché intérieur de l'UE élargit les marchés de vente des acteurs mondiaux allemands et étrangers. Mais ne vous y trompez pas - ce n'est pas une situation gagnant-gagnant. En retour, les fabricants régionaux sont expulsés du marché. La formation de monopoles est donc encouragée.
4. Les grands groupes ont de meilleures possibilités d'éviter le paiement de l'impôt que les petites et moyennes entreprises (évasion fiscale, délocalisation des bénéfices vers les paradis fiscaux, etc. La pression fiscale sur la population augmente donc.
5. L'externalisation des pièces de production vers les pays à bas salaires et l'extinction des fabricants régionaux multiplient les volumes de transport. Résultat: une augmentation significative des dommages pour la santé et l'environnement.

L'UE crée des frontières ouvertes
Quels changements en conséquence?
1. les navetteurs et les vacanciers n'ont plus besoin de s'identifier lorsqu'ils traversent la frontière. Théoriquement, cela vous fait gagner quelques minutes. Dans la pratique, cependant, les volumes de trafic augmentent en raison de la liberté de mouvement illimitée, qui entrave le flux du trafic et engendre des encombrements. En fin de compte, il n' y a pas de gain de temps, c'est exactement le contraire qui se produit.
2. les frontières ouvertes sont acceptées avec reconnaissance par les criminels. Leur travail est considérablement facilité. Une autre raison tient au fait que la poursuite et la condamnation des délinquants étrangers sont beaucoup plus difficiles.
3. Les frontières ouvertes ouvrent la porte à la fraude à la TVA. Pour les exportations réelles ou contrefaites, il y a des restitutions substantielles, tandis que les marchandises importées non déclarées sont exonérées de la TVA due.

Le déluge de paragraphes de Bruxelles pèse sur l'économie
Parce que les bureaucrates de l'UE pensent qu'ils doivent tout réglementer, le continent s'enfonce dans la poubelle. Cela ne complique pas seulement la législation nationale, mais aussi les citoyens et surtout l'économie. Augmentation des coûts, diminution de la productivité. Les petites et moyennes entreprises en particulier sont à peine en mesure de faire face aux exigences légales.

L'escalade des subventions affaiblit l'économie de marché
Les subventions ne sont pas seulement coûteuses, elles conduisent aussi à une mauvaise orientation désastreuse de l'économie.
L'UE utilise les subventions comme un gigantesque programme de propagande.
Les bénéficiaires estiment qu'ils doivent beaucoup à l'UE. Chaque euro de subvention doit être travaillé dur. Le contribuable anonyme (le livreur de colis, le maçon, le retraité, la personne âgée) doit couper l'argent des maigres revenus, de sorte qu'il puisse ensuite être distribué généreusement et souvent sans contrôle réel.

L'UE affaiblit la démocratie et la capacité politique d'agir
La voix d'un Maltais ou d'un Luxembourgeois compte dix fois plus que celle d'un Allemand. Les négociations sont souvent menées en secret, le public étant tenu à l'écart de la boucle, et les niveaux décisionnels entrelacés de l'UE sont en tout cas incompréhensibles pour les profanes. Il est tout à fait ridicule de voir des lobbyistes aux salaires élevés faire du bruit, il faudrait que l'UE défende la démocratie.
De plus, la tutelle bruxelloise porte atteinte à la capacité des gouvernements nationaux à agir (80% des lois allemandes sont attribuées à l'UE).

L'UE crée des conflits!
Même le président français pro-européen Macron voit une guerre civile européenne dans l'UE d'aujourd'hui. La solidarité est rare, partout l'égoïsme est rampant, l'envie et le ressentiment se répandent. Et les aspirations d'autonomie de certaines régions augmentent. Par exemple, les Catalans ou les Ecossais voudraient-ils se séparer de leur mère patrie si l'UE n'existait pas? Certainement pas! De même, il y avait en Ukraine la division et la guerre civile probablement parce que le pays aspirait soudainement adhésion à l'UE (alors que la partie russe de la population résistèrent).

L'UE nous a donné l'euro
Même le DM mondialement connu a été aboli (contre la volonté du peuple). Les pays de la zone euro ne disposent plus de l'instrument de contrôle le plus important sur le plan économique en raison de cette monnaie unique. Une zone euro en difficulté ne peut plus retrouver sa compétitivité par une dévaluation, même une politique de taux d'intérêt individuel est exclue.
Partout où cette folie mène, montre la pratique réelle: un allégement gigantesque de la dette était nécessaire, la BCE cherchait son salut dans une surabondance peu onéreuse (= expropriation rampante des épargnants et dévaluation des pensions privées), achetait même des obligations gouvernementales à grande échelle et s'arrêtait des règles de fer et des promesses (sur lesquelles l'euro était basé). Personne ne sait comment sortir de ce numéro. On n'est même pas capable d'initier un retournement des taux d'intérêt.

Conclusion
Bien que le puissant lobbying auprès de l'UE (les médias et « établis » partis) ni passé sous silence le plus de se déplacer à parler des grenades de brousse et de fumée soulève: Comment peut-on penser que l'UE est nécessaire, utile ou digne d'être conservée dans un discours correct. Tous les points essentiels sont contre.

Les contre-arguments du lobby européen tout-puissant

"Le retrait de l'Allemagne de l'UE conduirait au chaos sur les marchés financiers."
Cette allégation a déjà été réfutée par la bréxite. Où est le chaos? Les partisans de l'UE ne cherchent donc qu' à semer la panique et à attiser les craintes. Le fait que les marchés financiers soient mis en jeu comme argument principal est plus qu'audacieux: L'euro, en particulier, se révèle l'incarnation même d'une politique monétaire audacieuse (avec un dénouement inconnu).

Il est supposé qu'une sortie pourrait entraîner une dévaluation de la monnaie
conduisant l'inflation. D'autres craignent le contraire, à savoir une appréciation du DM, qui rendrait les exportations allemandes plus chères.Cependant (je pense qu'il est plus susceptible d'être amélioré): tout cela n'est qu'une lecture du marc de café. En outre, les fluctuations monétaires sont quelque chose de tout à fait normal et nécessaire. Parce qu'elles contribuent à équilibrer la balance commerciale et la balance courante. Tous les partenaires commerciaux devraient s'intéresser à cet équilibre.

"L'Allemagne perdrait probablement sa forte position de puissance économique après un Dexit".
Mais ce soupçon contredit toute logique! Si notre Etat n'est plus soumis aux diktats de Bruxelles, s'il peut se libérer du flot des inondations européennes avec sa politique de subventions contre-productive, alors ce n'est qu'un avantage!
Plus important encore, un État indépendant et libre peut se protéger contre la concurrence déloyale européenne et mondiale (dumping salarial, fiscal, environnemental et social) via les tarifs d'importation. Il peut aussi avoir de nouveau sa propre monnaie, ne pas avoir à soutenir les Euro-partenaires dans l'allègement de la dette et transférer des sommes énormes à Bruxelles. Il n'est alors plus obligé de participer à une surabondance d'argent à bas prix, aventureuse et ruineuse.

En principe, il est remarquable que l'orchestre de panique de l'UE suscite des craintes avec des contingences. Il" pourrait","il serait possible" etc... Une telle rhétorique n'est pas très grave, car il n' y a absolument rien qui "ne pourrait se produire" (la terre pourrait exploser demain, le ciel pourrait s'effondrer au-dessus de la terre, les extraterrestres "pourraient" conquérir le monde "). Il s'agit donc moins de ce qui ne pourrait pas être tout, de ce qui est important, de ce qui est probable et à quoi on peut s'attendre dans des circonstances normales.

Autre thèse: En tant que pays exportateur, l'Allemagne est le principal bénéficiaire de l'UE.
Et c'est quelque chose que vous osez dire, même s'il est bien connu que les salaires et les pensions dans ce pays ont chuté depuis 1980 (contrairement à beaucoup d'autres pays de l'UE) et que les chiffres du chômage ont décuplé au cours des 50 dernières années.
Encore une fois, si on exporte beaucoup, il faut aussi importer beaucoup de choses (un grand déséquilibre est inacceptable à long terme). Et la dépendance à l'égard des exportations est tout sauf souhaitable, et elle ne favorise pas la prospérité. Le pays vit sur une poudrière éternelle avec la folie des exportations. Il faut constamment avoir peur d'être dépassé par les autres pays et de perdre des marchés. Et un "pays exportateur" est doublement et triplé par une crise économique mondiale.

"Les pays européens faibles manquent d'aide allemande au développement après la sortie."
La Pologne, par exemple, reçoit un transfert net annuel de 15 milliards d'euros via l'UE. Bien sûr, cette somme n' a pas pu être augmentée après une sortie. Mais est-ce que ce serait si grave? Après tout, l'économie polonaise souffre également d'une mauvaise orientation de la politique des subventions.
En outre, la Pologne pourrait également quitter l'UE et se débarrasser de la bureaucratie bruxelloise. Ce serait une énorme grève de libération! En tant qu'État véritablement souverain, la Pologne serait également en mesure d'imposer des droits de protection en retard afin de soustraire définitivement son industrie à la concurrence déloyale du dumping mondial.

"Sans accès au marché intérieur de l'UE, 360 millions de consommateurs seraient perdus!"
Les États souverains tels que le Japon, la Chine, les États-Unis et la Grande-Bretagne n'ont-ils plus accès à l'UE, ne peuvent-ils plus rien y vendre? Ce serait nouveau pour moi. Comment peux-tu répandre de telles conneries?

"58% des exportations allemandes sont destinées aux pays de l'UE."
Ouais, quoi d'autre? Il n'est pas rare d'avoir des liens économiques plus étroits avec les pays voisins. Cependant, c'était déjà le cas devant l'UE et c'est une pratique courante dans le monde entier. De toute façon, l'exclusion du Royaume-Uni réduira le quota flatteur de 58 %. Je le répète une fois de plus: les exportations ne sont pas à sens unique, elles entraînent généralement des importations élevées correspondantes (c'est-à-dire une dépendance à l'égard des importations).

"Dexit va affaiblir l'Europe!"
Le Dexit affaiblira l'UE - mais pas l'Europe (ces deux termes sont souvent confondus). Le Dexit serait vraisemblablement le début de la fin de l'Union européenne: l'union désastreuse se dissoudrait tôt ou tard après le départ de l'Allemagne, mettant ainsi fin au cauchemar européen.
Cela devrait renforcer considérablement l'Europe. S'ils étaient souverains, tous les pays auraient pu depuis longtemps atteindre le niveau de prospérité allemand et protéger leurs économies grâce à des droits de douane contre la concurrence écrasante des acteurs mondiaux et des pays à bas salaires d'Extrême-Orient.

"Les barrières douanières et les contrôles aux frontières pourraient revenir!"
C'est censé être un avertissement ou une promesse? La reconstruction des barrières douanières et des contrôles aux frontières est précisément l'objectif du Dexit. Parce qu'un État souverain et capable s'appuie sur ces normes de droits fondamentaux qui sont communes dans le monde entier.

"Les fonds d'investissement étrangers ne viendraient plus en Allemagne!"
Pourquoi pas, bordel? L'Allemagne est l'un des États les plus stables économiquement et politiquement au monde. Et c'est exactement là où il ne devrait plus y avoir d'argent? C'est ridicule!

"Le ressentiment anti-allemand pourrait se relancer!"
Le ressentiment existe depuis longtemps, précisément à cause de l'UE! Parce que de nombreux pays de l'UE pensent que nous sommes trop avantagés. L'Allemagne elle-même contribue à cette fausse impression avec sa propagande vantarde de succès (taux de chômage prétendument bas, excédent commercial élevé, etc.).Après le Dexit, personne ne pouvait nous accuser d'être des parasites ou de craindre d'être condescendus ou pris en charge par Mme Merkel. Afin d'améliorer encore sa réputation en Europe, l'Allemagne pourrait apporter une aide généreuse sous la forme du plan Marshall. Cela serait moins coûteux que les transferts actuels de l'UE et serait plus honnête et certainement beaucoup plus efficace

 

3:97
Si vous l'examinez avec sobriété, seuls 3% environ de tous les arguments sérieux sont favorables, mais 97% sont contre l'UE. Le geseiere sublime, l'exalté transfiguré - tout cela s'avère être le chant d'une sirène séduisante en y regardant de plus près.
Quiconque, d'une part, fait du bruit (Macron), l'UE "allie démocratie et économie de marché, libertés individuelles et justice sociale", mais parle en même temps d'une guerre civile européenne ("nous ne voulons pas admettre son existence") et exige une nouvelle fondation de l'UE, a, à mon avis, perdu sa crédibilité.

Je considère qu'il est irresponsable, au vu de décennies d'expérimentation, d'insuffler l'espoir (insensible) de pouvoir finalement réformer l'UE! L'UE se perd de plus en plus dans des aberrations bureaucratiques avec les pavés constants. L'euro, par exemple, a déjà été utilisé pour sauver l'UE. Et que lui est-il arrivé?
L'UE est si complexe qu'il est difficile de la comprendre et de l'évaluer, du moins pour les citoyens ordinaires dans leur ensemble. Tout le monde comprend quelque chose de différent. Ce n'est qu'en raison de cette obscurité et de cette ignorance que l'UE est encore viable et peut être maîtrisée dans une certaine mesure. Entre-temps, cependant, même en Allemagne, un citoyen allemand sur trois est désormais plus nombreux que les opposants à l'UE.

 

"Raus aus der EU" - pourquoi j'ai écrit le livre.
Certainement pas pour gagner de l'argent avec ça (je ne récupérerai jamais l'investissement dans le projet). Cependant, il est important pour moi que l'éternel blanchissage et le viol de la vérité cessent enfin. La propagande mensongère du lobby européen tout-puissant doit être désenchantée par des arguments concrets.Il serait encore possible d'éviter la catastrophe qui se dirige vers l'Europe (qui n'est actuellement maîtrisée que par le flot d'argent bon marché). Mais cela ne peut réussir que si notre continent s'éveille de sa beauté endormie et si les citoyens européens ne se laissent plus bercer et apprennent à distinguer entre fiction et réalité. Pour ma part, j'ai fait mon devoir avec ce livret. Que personne ne dise ensuite qu'ils n'auraient pas pu savoir tout cela.

 

Vous pouvez également lire le texte de cette page en version originale allemande: Wann kommt der Dexit? (der Austritt Deutschlands aus der EU)


Désolé!
Il n' y a pas d'égalité des chances, même en ce qui concerne la formation de l'opinion. Alors que la capitale (entreprises, spéculateurs, lobbyistes, médias et gouvernements) peut se payer les meilleurs traducteurs, je dois me contenter d'un programme linguistique simple pour des raisons financières. J'espère que le texte est néanmoins raisonnablement compréhensible et qu'aucune erreur déformante ne s'est glissée dans le texte. Merci de votre compréhension.

Manfred Julius Müller, D-24939 Flensburg (Flensburg compte environ 90 000 habitants et se trouve à la frontière germano-danoise).

 

"Nous devons mieux expliquer l'Europe!"
La loi capitaliste Powers
Mondialisation: l'ignorance des faits
En Allemagne, les salaires ont baissé depuis 1980. Pourquoi?
Quand le Dexit arrive? (Le retrait de l'Allemagne de l'UE)

 

La mondialisation est-elle la base de notre prospérité? Et vivons-nous aux dépens des autres?
(Page d'accueil www.anti-globalisierung.de)
Cette page est d'abord affichée en allemand, mais elle peut être traduite en 100 langues à l'aide d'un programme de traduction.

Impressum
© Manfred Julius Müller, Flensburg, Oktober 2017


Ab sofort im Buchhandel lieferbar (auch außerhalb Deutschlands):

3. (aktualisierte) Auflage

 

Schon vor über 20 Jahren warnte die damals mächtigste Frau der Welt, die englische Premierministerin Thatcher:
"Die EU wird als größte Torheit des Jahrhunderts in die Geschichte eingehen!".

Verzocken unsere Politiker in ihrem unerschütterlichen Glauben an die EU und den Euro die Zukunft Deutschlands?

Manfred Julius Müller:
Raus aus der EU
oder durchhalten bis zum Untergang?
Trotz aller Hiobsbotschaften wird noch immer versucht, die Bevölkerung zu verdummen! Unbeirrt aller Rettungsschirme und drohender Staatspleiten heißt es: „Wir profitieren ganz besonders von der EU und dem Euro!". Verschwiegen wird, dass seit 30 Jahren in Deutschland die inflationsbereinigten Reallöhne und Renten sinken, obwohl sich die Produktivität fast verdoppelt hat.

Wie kann Europa vorm Niedergang bewahrt werden?
Sicher nicht mit den Propagandasprüchen von gestern! Es geht nicht an, dass die politische Elite starrsinnig am Endsieg der europäischen Wahnidee festhält, ohne ernsthaft Lehren aus der Vergangenheit zu ziehen. Eine vorurteilsfreie Diskussion muss an die Stelle plumper Durchhalteparolen treten.

"Raus aus der EU", 72 Seiten, Format 17x22 cm, ISBN 9783743178427, 5,90 Euro
Portofreie Lieferung über buecher.de, hugendubel.de, thalia.de, ebook. Natürlich auch im stationären Buchhandel erhältlich (muss dort aber oft erst bestellt werden).

Wie lange will man sich noch trügerischen Illusionen hingeben?
Wann beginnt man endlich, den Tatsachen ins Auge zu blicken?


Manfred Julius Müller analysiert seit über 30 Jahren weltwirtschaftliche Abläufe. Er ist Autor verschiedener Bücher zu den Themenkomplexen Globalisierung, Kapitalismus und Politik. Manche Texte von M. J. Müller fanden auch Einzug in Schulbücher oder werden zur Lehrerausbildung herangezogen.

Die Analysen & Texte von Manfred J. Müller sind überparteilich & unabhängig!
Sie werden nicht, wie es leider sehr häufig der Fall ist, von staatlichen Institutionen, Global Playern, Konzernen, Verbänden, Parteien, Gewerkschaften, der EU- oder der Kapitallobby gesponsert!